Couronner l’innovation européenne

L’innovation n’a pas dit son dernier mot, loin s’en faut : chaque année de nouvelles inventions voient le jour et font l’objet de brevets qui permettent à leurs inventeurs d’en conserver toute la propriété intellectuelle. Il faut reconnaître que l’époque est propice à cela puisque nous avons entre les mains des capacités de développement technologique telles que l’on en n'avait pas vues depuis la révolution industrielle de la fin du dix-neuvième siècle, qui nous avait offert tout ce que la mécanique avait de moderne à proposer à cette époque. Le progrès, comme on l'appelait à cette période de l'histoire, a fait son chemin et a permis à nos sociétés modernes d'avancer.

Les innovations à l’ère du numérique

Désormais c’est sur deux éléments que peuvent compter les industriels pour être à la pointe de l’innovation. Il s’agit d'une part des développements des langages informatiques et de leur propension à fournir des algorithmes toujours plus précis et puissants, et d'autre part des technologies numériques et en particulier tout ce qui a trait aux écrans tactiles. Nombreuses sont les entreprises qui les ont intégrés et qui sont prêtes à nous fournir les inventions de demain. Mais une question reste entière : qui recevra le prix de l'inventeur européen 2019 et pour quelle innovation ?

Il n’y a pas que le numérique dans l’innovation

Hormis le digital, les consommateurs sont aussi très friands de petites inventions qui peuvent les aider à améliorer leur quotidien. Bien sûr le numérique est aujourd’hui omniprésent dans nos vies, de la conduite de nos véhicules à notre façon de faire de la cuisine, mais il reste encore des passionnés des mécanismes plus simples, qui n’ont pas besoin d’informatique ni d’électronique pour fonctionner. Preuve en sont les brevets déposés par les inventeurs d’éoliennes, de meubles fonctionnels ou encore de nouvelles générations de pneumatiques pour les engins de chantier ou les véhicules particuliers.